, ,

3000 Nuits en prison? Essayez juste 1h43…

3000 Nuits en prison? Essayez juste 1h43…

Je me suis rendue, il y a quelques jours, à l’hôtel Médicis à Paris pour faire une rencontre rare et exceptionnelle. Une réalisatrice et productrice engagée, Mai Masri, était là et avait accepté de me rencontrer. La sortie imminente de son film “3000 Nuits ” était la raison de notre rencontre.

Le synopsis:

C’est l’histoire vraie d’une palestinienne, Layal (dans le film), jeune institutrice arrêtée à Naplouse en 1980. Cette jeune femme, tout fraîchement mariée, a transporté dans sa voiture un jeune palestinien blessé. Elle est accusée de complicité. D’abord enfermée dans une cellule parmi des détenues israéliennes de droit commun, elle sera ensuite transférée dans une cellule entourée de ses compatriotes, non moins difficiles.

Elle apprend, en prison, qu’elle est enceinte. Commence alors sa survie au-delà de la résistance politique. D’un côté, comment vivre en prison, enceinte? Comment décider d’accoucher en prison dans des conditions odieuses, inhumaines et insupportables? Comment décider de garder cet enfant en prison alors qu’il ne connaîtra, les premières années de sa vie, que des murs gris et des jouets en papier? D’un autre côté, comment se séparer de cet enfant alors qu’il devient un signe d’espoir, un symbole de liberté et d’innocence, un combat dans LE combat? Elle décide de le garder et de lui donne comme prénom Nour, ce qui signifie Lumière en arabe. Un signe, je dirai.

 

Bande Annonce “3000 Nuits” de Mai Masri – Sortie le 4 janvier 2017 from JHR Films on Vimeo.

 

“Le cinéma est une façon d’écrire l’Histoire qu’on ne veut pas écrire”

J’ai eu l’immense privilège de rencontrer la réalisatrice Mai Masri, palestinienne. Femme courageuse et remplie d’espoir, son travail nous interdit d’oublier.

Après un petit échange intimiste, je commence à lui poser mes questions. Nos questions:

Hijab’In: Mai Masri, pourquoi “3000 Nuits”? Cette femme dans le film, existe-t-elle vraiment?

Mai Masri: “ J’ai rencontré, pendant la première intifada, cette jeune femme à Naplouse qui me raconta son histoire et ça m’a énormément touché. J’étais une femme et une mère palestinienne. Elle était enceinte lors de son incarcération et a accouché menottée en prison. C’était l’occasion pour moi de montrer les injustices perpétrées dans les prisons.

Hijab’In: Maissa abd Elhadi est époustouflante dans le rôle de Layal. Le casting de “3000 Nuits” n’est pas anodin. Les acteurs ont tous connus la prison ou ont un proche qui l’ont connu. Est-ce que ce casting de ce film était voulu? (Sa réponse a été déroutante):

Mai Masri: “En Palestine, c’est normal. La plupart des palestiniens ont connu de près ou de loin la prison. 1 million de la population palestinienne, soit 20%, a déjà été emprisonnée. C’est énorme. Ça a donné un caractère encore plus réel au film.

3000 Nuits” a été tourné dans une vraie prison jordanienne, désaffectée. C’était important visuellement et techniquement pour les acteurs de jouer dans une vraie prison. Ils ne jouaient presque plus, ils revivaient l’insupportable.”

Hijab’In: L’histoire se déroule en 1980. Pourquoi revenir aussi loin dans l’Histoire? N’y a t’il pas encore aujourd’hui tellement d’injustices et de massacres en Palestine? Pourquoi revenir aux années 80?

Mai Masri: “J’a voulu que l’histoire ne disparaisse pas. Ne pas oublier. Reparler de cette époque sans aucun droit ni aucune loi. (Comme s’il y en avait de nos jours.) J’ai voulu parler de la période proche des événements de Sabra et Chatilah car je vivais à côté de Chatilah, au Liban à l’époque, et je voulais que cette période ne soit pas oubliée. C’est une période très intéressante je trouve. Il y avait beaucoup de femmes prisonnières politiques à l’époque. Elles étaient incarcérées avec des prisonnières israéliennes de droit commun. Les palestiniens sont aujourd’hui dans des prisons séparés, ils ne sont plus mélangés. Mais la situation est sûrement pire aujourd’hui, car il y a beaucoup plus d’enfants incarcérés, ce qu’il n’y avait pas avant. Il y avait également des grèves de la faim (aujourd’hui encore mais c’est à cette époque qu’elles sont apparues). Elles revendiquaient des droits primaires comme avoir un stylo et un carnet. Il faut parler de l’Histoire pour ne pas oublier. “Le cinéma est une façon d’écrire l’Histoire qu’on ne veut pas écrire.“

Hijab’In: Votre film a été interdit à Argenteuil puis a finalement été diffusé. La presse en avait beaucoup parlé. Est-ce une reconnaissance pour vous?

Mai Masri: Le film a été interdit c’est vrai à Argenteuil mais les gens ont fait tellement de bruit que finalement nous avons eu le droit de le diffuser. Ça fait plaisir de voir la solidarité des gens. Il a reçu 9 prix en France (plusieurs autres à l’étranger) ce qui montre que “3000 Nuits” est bien accueilli par la population. Les associations de droits humains, les associations pour la Palestine et beaucoup d’autres ont aussi participé à ce succès.

Hijab’In: Pensez-vous que les gens reconnaissent l’état de Palestine? Pensez-vous que ces prix en sont la preuve? Pensez-vous que c’est une manière de vous dire ce qu’ils ne peuvent pas dire en France?

Mai Masri: Je pense que les gens reconnaissent les injustices et les différences de traitement. Mais je pense aussi que “3000 Nuits” va au-delà de ça. L’enfant dans le film, la solidarité des femmes en prison, l’espoir. Les gens sont forcément touchés.”

Hijab’In: Dans le film, une détenue israélienne aide Layal. On a du mal à y croire. Est-ce vrai? Il y a réellement des israéliens qui défendent la cause palestinienne?

Mai Masri (sans hésitation): Oui! Bien sûr que ça existe. Et ce qui se passe dans le film est vraiment arrivé. Moi aussi ça m’a surpris mais j’ai trouvé ça intéressant de le montrer. C’est un côté qu’on ne montre pas, qu’on ne dit pas. Je pense que c’est important pour les palestiniens de le dire car ils veulent monter que certains israéliens se sont ralliés à leur combat, qu’ils ne sont pas seuls. De même, l’avocate qui défend autant qu’elle peut Layal est juive israélienne dans le film, mais dans la réalité, elle l’était aussi. C’est connu là-bas : les avocats qui défendent les palestiniens sont des israéliens. Ils ont du poids tout de même.

Hijab’In: Et les juges? Sont-ils justes?

Mai Masri: “il n’y a pas de justice en Palestine pour les palestiniens. Le système légal malheureusement n’existe pas. Les palestiniens sont jugés devant des tribunaux militaires. Ce n’est pas ça la justice. Il y a beaucoup de discriminations. Pour moi, la prison est une métaphore, symbole de l’occupation. Dans une seule prison, à huis clos, on a toute l’Histoire et c’est ce qui m’a attiré chez cette femme. On a rien mais au moins, nous avons notre Histoire.”

Hijab’In: Vous avez espoir encore?

Mai Masri: “Oui bien sur et tous mes films sont porteurs de ce message. J’espère qu’ils vont inspirés les gens. L’espoir ne s’éteint jamais dans “3000 Nuits”. La résistance est tout le temps présente. Il n’y a pas beaucoup de mots dans le film car il y a tellement de scènes explicites, de gestes, d’actions qui montrent leur combat. L’espoir en Nour, l’espoir entre femmes, l’espoir de sortir…”

Hijab’In: Votre film a-t-il pu être projeté en Palestine?

Mai Masri: “Oui bien sur, il a été projeté en Palestine occupée. Des anciennes prisonnières sont même venues voir le film. Aujourd’hui, il est projeté dans beaucoup de pays à l’étranger: en Tunisie, en Algérie où il a reçu un prix, en Jordanie, au Liban, au Koweït, aux Emirats Arabes Unis.

Hijab’In: “3000 Nuits” est nominé aux Oscars, et aux Golden Globes en Janvier aux Etats-Unis inchAllah pour représenter la Jordanie et la Palestine. Si vous gagnez ces prix, vous avez tout gagné, non? Vous imaginez? Ça voudrait dire que les Etats-Unis reconnaissent la Palestine?

Mai Masri: “Mais j’ai déjà tout gagné. Le fait qu’il soit nominé là-bas pour représenter la Palestine que j’ai réussi, grâce au cinéma, à mettre sur une carte géographique (rires). La Palestine est fracturée mais avec “3000 Nuits” on a réussi a réunir ses morceaux brisés.”

Prenons part au combat en allant dans les salles soutenir le film

Le film “3000 Nuits” sortira en salle le 4 janvier 2017 inchAllah. Faites partie de la résistance avec vos actions, avec votre culture. Prenez conscience et assistez à la projection. Nous avons eu l’honneur de voir ce film époustouflant d’émotions. Vous sortirez de la salle de cinéma différente, c’est garantie.

Et s’il y a bien un film qu’on ne doit pas télécharger illégalement, c’est celui-ci. Prenons part au combat à notre façon: allons dans les salles voir le film, partageons l’info, parlons-en autour de nous. C’est aussi ça résister!

Et puis, pour celles qui souhaitent s’investir sans en avoir les moyens, l’équipe du film a eu la gentillesse de nous offrir 10 places! Il est logique que nous les mettions donc en jeu pour nos fidèles lectrices! Commentez l’article ci-dessous, partagez le sur un réseau social tout en mentionnant le lien et tentez votre chance d’être tirée au sort pour gagner 2 places! Il y aura donc 5 gagnantes! à vos claviers!

#FreePalestine



maigrir-facile.com
3 Responses
  1. Ce film j irai le voir pour soutenir la justice dans ce monde si injuste et soutenir un peuple discrimine depuis tant d année.j espère qui il raflera tous les prix et que le monde un jour reconnaitra l état palestinien .bonne chance a vous mai Masri .de tout mon coeur

  2. Salam !
    Une interview et une bande annonce qui donnent envie de voir ce film !
    #FreePalestine

  3. Je ne connaissais ni le film, ni le site mais en faisant une toute autre recherche, je suis tombée sur votre article. Ce que Mai Masri fait est incroyable, elle donne de l’espoir, de la réalité et du “rêve” pour certaine. Franchement Chapeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.